Lamine KADI

Transition énergétique

Lamine KADI est Recteur Honoraire de l’Université Ben Badis de Mostaganem. Diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, Chercheur, Consultant, Expert international, Membre du Conseil scientifique de l’initiative «Starlight», membre fondateur du réseau Unesco-Unitwin (Education, formation et recherche pour le Développement Durable) etc.
Auteur de très nombreuses publications et communications internationales, co-auteur de la Seconde Communication Nationale de l’Algérie à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique.

Kenza BOUCHENAK

Actualité et entretiens

Journaliste de radiotélévision, elle n’eut aucun mal à s’intégrer à la rédaction.
Comme elle ne manque pas de cordes à son arc, elle est également en charge de l’animation dans les réseaux sociaux (Facebook et autres).

Hocine ALI BENAL

Architectures, utopies et villes du futur.

Architecte, urbaniste, il enseigne les arts et l’architecture à Paris – Lycée Maximilien Perret.
Résolument moderne dans ses conceptions et réalisations, avant-gardiste même, il n’en demeure pas moins le contraire d’un iconoclaste. En témoigne sa passion pour le M’Zab, l’architecture saharienne et la Casbah.

Kamel DJEMOUAI

Spécialiste des questions climatiques,

au ministère de l’Environnement, il a contribué à fixer dans le marbre les lignes en-deçà desquelles le terme négociation n’aurait plus de sens. Et de fait la voix de l’Algérie compte dans un domaine où d’aucuns eussent préféré la cantonner à la figuration.

Djaouida ABBAS

Entretiens et reportages.

L’économie c’était son dada. C’était avant. Une revue de l’environnement ? Je veux, mon neveu. «On peut y mettre un peu d’économie ? ». Mais oui Djaouida, l’économie verte, tu connais ? Et nous découvrîmes qu’elle connaissait. Au grand dam des connaisseurs justement. Toujours à titiller son interlocuteur.
Surtout n’essayez pas de la lui faire façon je t’embrouille. Elle ne lâchera rien.

Lotfi Mokdad

En 30 ans de carrière, il a exercé tous les métiers du cinéma et de la télévision (réalisateur, journaliste, reporter d’images).
Tenons-nous l’oiseau rare ? Sans doute. Son français a de la gouaille, son anglais sonne anglais pour peu qu’on tendît l’oreille, et son arabe est d’approximation. Comme celui que parle le policier qui n’en finit plus de lui planter des sabots à chaque fois qu’il quitte sa voiture pour « deux minutes, monsieur l’agent !»
Lotfi rejoint la rédaction de E. avec la promesse que l’image aura son mot à dire.

Abdelkader Khaldi

La désertification de la steppe

Enseignant-chercheur à la faculté des sciences de la nature et de la vie (Université Ibn Khaldoun de Tiaret). Khaldi Abdelkader est docteur en socio-économie des ressources humaines de l’université Paris 10-Nanterre. Auteur de plusieurs articles scientifiques, Il enseigne notamment l’économie de l’environnement.
Parallèlement à l’enseignement universitaire il a exercé comme administrateur d’une entreprise publique. Quand il parle de la steppe, c’est de l’intérieur. Et pour cause, il est né et a grandi à Aflou, Wilaya de Laghouat !

Hakim KAB

Maquette originale, montage, iconographie

Il a été de toutes les aventures de la presse écrite. Une expérience grosse comme çà. L’amour du travail bien fait. Une rareté sous nos cieux. C’est le roi du fignolage, mais «au rendu, c’est quelque chose ! Non ?» C’est d’ailleurs son expression favorite. Juste avant d’en griller une sur le balcon. Un homme de coeur et de parole qui aime à parodier Pierre Dac : «Comment tiendrai-je parole puisque je l’ai donnée ?»

Kamel BOUSLAMA

La biodiversité

Le cercle s’élargit. Il n’était pas imaginable de poursuivre notre projet sans y associer l’ami Kamel. Résumons : depuis 1980, il n’y a pas un quotidien, pas un hebdo, pas un magazine, qui n’ait fait appel à ses talents multiples. Avec ce grand amoureux de la nature, la défense de la biodiversité trouve le meilleur de ses avocats